Site de Locuon

56160 Ploërdut

Ancienne trêve de Ploërdut, Locuon a été érigé en paroisse en 1853, tout en restant dépendante de la commune. Le nom « Locuon » provient de la nombreuse famille des LOC, signifiant « lieux consacrés » et de la statue de Saint-Yon, abritée dans le choeur de l'église. Ce village, bâti sur un site granitique, possède la particularité d'être le seul endroit en Armorique où les traces du travail des carriers gallo-romains sont encore visibles. L'église Saint-Yon possède des caractères du XVIe siècle. Son clocher est sculpté de têtes humaines. On remarque une belle fleur de lys sur un vitrail, ainsi que deux autels gallo-romains remployés comme bénitiers. Dans le cimetière, accolé à l'église, les sculptures du calvaire datent du XVIe siècle.En contrebas, la grande paroi rocheuse est l'ancien front de taille d'une carrière gallo-romaine. Le site est reconnu majeur à partir de 1980. Son importance a occasionné la venue de chercheurs qui ont déterminé, grâce aux traces sur la roche, le mode d'extraction employé par les ouvriers il y'a un peu moins de 2000 ans. Lors de fouilles archéologiques à Carhaix (ancienne cité de Vorgium) en 1996, on met au jour des blocs taillés dont le granit est identique à celui de Locuon. Des expertises attestent qu'ils proviennent bien du gisement de Ploërdut. Ce granit est très blanc, sans mica noir et c'est sans doute en cela qu'il fut très prisé par les constructeurs romains, leur rappelant sans doute les marbres clairs de leur contrée natale.La chapelle est une fondation des Lescobic, seigneurs de Kerfandol. Elle a probablement été reconstruite au XVIIe siècle avec des remplois d'un édifice du XVIe. Elle se nomme Notre-Dame de la Fosse (Chapel Vons, en breton), on peut y voir un lien avec la fontaine située en contrebas. On accède à la chapelle par un majestueux escalier de granit, dont une statue sans tête orne le bas du rampant. Il s'agirait d'une déesse antique. La façade de la chapelle est sculptée d'un bas relief représentant saint Roch, invoqué contre la peste dès le XVe siècle et lié aux propriétés miraculeuses supposées de la fontaine. Le mur sud est décoré du blason des Lescobic de Kerfandol sur lequel on retrouve un sanglier.

A découvrir également

Phare de Gatteville à Gatteville le phare
Gatteville le phare (50)
Accèder à la fiche
Maison natale de Gabriel Deshayes
Beignon (56)
Accèder à la fiche
Hôtié de Viviane
Paimpont (35)
Accèder à la fiche
Enclos paroissial de Saint-Hernin
Saint-Hernin (29)
Accèder à la fiche